La rubrique Handi Grimpe d’Aurélien: #1 – L’autre escalade…l’handi escalade.

L’escalade, c’est l’art de se déplacer dans un plan plus ou moins vertical à la seul force de son corps. Mais ce n’est pas parce que le corps est amoindri par un handicap, qu’il soit physique ou mental, que l’escalade n’est pas possible. Depuis de nombreuses années, l’escalade est pratiquée partout où elle est possible par des personnes atteintes de handicap, le plus célèbre étant Philippe Ribière.

L’escalade permet d’entrevoir une nouvelle gestuelle et est une activité physique très complète où de nombreux handicaps peuvent se compenser. En développant sa gestuelle, on y développe une certaine maîtrise de soi, bénéfique dans la vie quotidienne.

L’escalade permet aujourd’hui des pratiques variées pour de nombreux handicaps, même en compétition. Dans ce cas là les grimpeurs sont regroupés par catégorie de handicaps, autant que possible:

  • RP pour déficient physique et neurologique, 3 pour les moins handi, 2 un peu plus handi, et 1 encore un peu plus.
  • AL : pour amputé jambe, sans distinction du niveau d’amputation, et au choix du grimpeur sur l’utilisation d’une prothèse
  • AU : pour amputé bras, sans utilisation possible d’une prothèse – B : pour mal ou non voyant : 1 pour mal voyant, 2 c’est encore plus mal voyant, 1 c’est complètement non voyant


Pour être complet, ces critères sont définis selon un examen médical codifié. Pour qu’une catégorie soit ouverte il faut 3 grimpeurs, sinon la catégorie est fusionnée avec la catégorie du dessus ainsi les amputés jambe grimpent avec les RP3.

Idéalement pour éviter ces regroupements, il faudrait que les grimpeurs handicapés soient présents en grand nombre, comme dans d’autres disciplines.

Aurélien CIROTTE.

Laisser un commentaire